Céline Pozniak

Ancien membre

Statut : Doctorante Paris-Diderot

Adresse :

LLF, CNRS – UMR 7110
Université Paris Diderot-Paris 7
Case 7031 – 5, rue Thomas Mann,
75205 Paris cedex 13

Mail : pryvar.cbmavnx@tznvy.pbz

CV : Céline Pozniak_fr.pdf (83 Ko)

Présentation générale

Je suis postdoctorante depuis juillet 2019 à l'université de Paris, rattachée au Laboratoire de Linguistique Formelle.

 

Mes recherches portent sur la représentation théorique des langues naturelles ainsi que le traitement du langage au moyen d’une approche expérimentale à travers plusieurs langues. Mes domaines d’étude se concentrent autour de :

  • la syntaxe : facteurs liés à la complexité des relatives avec extraction du sujet et de l’objet, et à la représentation de l’attachement des relatives par rapport aux relatives dites pseudo- relatives.

  • la sémantique et la pragmatique : influence de la causalité implicite des verbes et de l’animacité des noms sur la complexité des relatives et facteurs liés à l’expression de la référence (pronoms par exemple).

  • l’amorçage entre domaines non linguistiques et langage : effets des mathématiques sur des structures syntaxiques comme l’attachement des relatives pour mieux comprendre leur représentation syntaxique.

  • la sociolinguistique : interprétation du genre grammatical et des différentes formes féminines en français (écriture inclusive) sous une approche variationniste et quantitative.

Enseignement

2019/2020 Charges de cours, Université de Paris

  • Psycholinguistique et linguistique expérimentale (CM licence 3)

  • Cours méthodologique de montage d’expérience (Cours Master 1)

Thèse

Titre : Le traitement des relatives dans les langues : une approche comparative et multifactorielle

Directeur :
  Barbara Hemforth

Date de soutenance : 2018-05-17

Inscription : 2014 à Paris 7

Jury :

  • Anne Abeillé (professeure, LLF, Université Paris-Diderot)
  • Saveria Colonna, rapporteure (maîtresse de conférence, SFL, Université Paris 8)
  • Caterina Donati (professeure, LLF, Université Paris-Diderot)
  • John Hale (professeur associé, Université de Cornell)
  • Barbara Hemforth, directrice de thèse (directrice de recherches, LLF, Université Paris-Diderot)
  • Pia Knöferle, rapporteure (professeure, Université de Humboldt)
  • Christoph Scheepers (senior Lecturer (Université de Glasgow)

Résumé :

Cette thèse porte sur les différents facteurs impliqués dans le traitement des relatives, notamment le traitement des relatives sujet et objet ainsi que celui de l’attachement des relatives sujet. En prenant appui sur les approches multifactorielles, (Trueswell et Tanenhaus, 1994 ; Spivey et Tanenhaus, 1998), j’insiste sur l’insuffisance de l’approche monofactorielle souvent adoptée dans l’analyse du traitement des relatives, et je mets en avant le rôle des propriétés fines des langues. Je propose alors dans cette thèse de dépasser les notions de langue avec un avantage pour la relative sujet ou objet, ou avec une préférence avec attachement haut ou bas.

Je présente d’abord les ressemblances et différences des propriétés des relatives dans les quatre langues étudiées : l’anglais, le cantonais, le français et le mandarin. Cette description permet de mieux appréhender leur rôle dans le traitement, notamment pour comprendre les différences constatées dans les expériences entre les langues.

Je me concentre ensuite dans les deux Parties suivantes sur l’interaction entre des facteurs principalement syntaxiques, cognitifs et grammaticaux en jeu dans le traitement des relatives, avec des expériences de jugements d’acceptabilité et de mouvements oculaires avec le paradigme monde visuel (relatives sujet et objet dans les quatre langues étudiées, et attachement en anglais et en français).

Je poursuis par une réflexion sur l’approche multifactorielle en tenant compte des facteurs liés aux domaines sémantique et pragmatique. Pour cela, j’observe le traitement des relatives sujet et objet en français et en anglais dans une étude de corpus, des expériences de jugements d’acceptabilité, de lecture par auto-présentation segmentée, et de mouvements oculaires en lecture.

Enfin, pour élargir les facteurs en jeu dans le traitement des relatives au-delà du domaine linguistique, je montre l’influence d’un domaine non linguistique (amorçage mathématique) sur le domaine linguistique (attachement) en français avec des expériences de choix restreints, et de mouvements oculaires avec le paradigme monde visuel.

Bibliographie

ARTICLES DANS DES REVUES INTERNATIONALES OU NATIONALES AVEC COMITÉ DE LECTURE

 

Pozniak, C., Huang, J., & Hemforth, B. (en préparation). Relative clause processing, structural and linear distance matter-evidence from Mandarin, Cantonese and English visual world experiments.

Pozniak, C., & Hemforth, B. (en préparation). It’s all about the head: about manipulating relative clause processing with implicit causality, a crosslinguistic study.

Pozniak, C., & Burnett, H. (submitted). Failures of Gricean reasoning and the role of stereotypes in the production of gender marking.

Esteve-Gibert, N., Schafer, A. J., Hemforth, B., Portes, C., Pozniak, C., & D’Imperio, M. (2020). Empathy influences how listeners interpret intonation and meaning when words are ambiguous. Memory & Cognition, 1-15.

Pozniak, C., Hemforth, B., Haendler, Y., Santi, A., & Grillo, N. (2019). Seeing events vs. entities: The processing advantage of Pseudo Relatives over Relative Clauses. Journal of Memory and Language, 107, 128-151.

Pozniak, C., Hemforth, B., & Scheepers, C. (2018). Cross-domain priming from mathematics to relative-clause attachment: A visual-world study in French. Frontiers in psychology, 9, 2056.

Pozniak, C., & Hemforth, B. (2016). Acquisition des pronoms objets en français langue seconde. Discours. Revue de linguistique, psycholinguistique et informatique. A journal of linguistics, psycholinguistics and computational linguistics, (18).

CHAPITRES D’OUVRAGES SCIENTIFIQUES

Pozniak, C., & Hemforth, B. & Abeillé A. (in press). French Object Relatives and subject inversion: what’s your preference? (chapitre)