Séminaire "Typologie du TAME" : Marine Vuillermet

Mardi 07 Mars 2017,
10:00 to 11:30
Organisation: 
Patrick Caudal (LLF)
Lieu: 

ODG – Salle du conseil (533)

Marine Vuillermet (DDL)
La co-expression spatiale en ese ejja (takana): quand mouvement ou posture s’associe à l’événement principal

L’ese ejja (takana) est parlé en Bolivie et au Pérou par environ 1500 locuteurs. L’expression spatiale dans cette langue amazonienne s’avère particulièrement riche, non seulement pour des événements entièrement spatiaux, mais également pour des événements non-spatiaux. En (1), le verbe ne contient pas moins de quatre éléments lexicaux et/ou grammaticaux exprimant des notions spatiales : deux morphèmes (‑)ani(-) ‘être assis’ encodent (entre autres) la posture/forme de la Figure, le verbe principal nobi- ‘entrer’ sa trajectoire, et le morphème -ki ‘centrifuge’ la deixis.

Cette présentation se concentre sur la « co-expression spatiale » dans les événements non-spatiaux illustrés en (2). En premier lieu, j’établirai brièvement l’omniprésence des quatre verbes de postures dans la grammaire ese ejja. En tant que verbes principaux, ils apparaissent pour simplement encoder la posture du sujet, mais sont également recrutés pour des constructions de bases comme la location, la possession, l’existence et l’identité. En tant qu’affixes : ils apparaissent dans trois tiroirs verbaux distincts, pour encoder la posture ou forme de la Figure, en parallèle du temps présent ou de l’aspect imperfectif (Vuillermet 2009). Ce type de grammaticalisation est courant dans les langues du monde (Newman 2002). Je m’attarderai sur la fonction de ces affixes ese ejja, que j’appelle « posture associée ».

Dans un deuxième temps, je présenterai le système de mouvement associé (MA) de l’ese ejja, illustré avec -ña ‘en arrivant’ en (2a). Le MA associe du déplacement à l’événement principal, prototypiquement non-spatial. Catégorie typologiquement rare et encore relativement méconnue, elle a été principalement décrite entre autres dans plusieurs langues australiennes et amazoniennes (Koch 1984; Wilkins 1991; Guillaume 2016). Avec son paradigme de 14 suffixes, le système de l’ese ejja est particulièrement bien développé (Vuillermet 2012; 2013). J’insisterai surtout sur les fonctions discursives du système, afin de les comparer au système de posture associée (PA) de l’ese ejja, constitué par les trois types d’affixes posturaux mentionnés précédemment.

Je montrerai ainsi que les systèmes de PA et MA sont comparables à plus d’un titre: il s’agit de morphèmes grammaticaux associant un événement spatial à un événement non-spatial, grâce à un argument commun. De plus, s’ils ne sont pas ‘grammaticalement indispensables’, ils jouent un rôle discursif important, en faisant souvent écho à des informations spatiales précédemment encodées lexicalement. Enfin, leurs différences semblent surtout liées au sous type d’événement spatial qui leur est associé, à savoir la location statique pour la PA et le mouvement dynamique pour le MA.