Wei Xiang

Ancien doctorant

Status : Doctorant

Address :

LLF, CNRS – UMR 7110
Université Paris Diderot-Paris 7
Case 7031 – 5, rue Thomas Mann,
75205 Paris cedex 13

Mail : jrvjrvk610@tznvy.pbz

General presentation

Intérêts de recherche

  • Syntaxe formelle, Syntaxe chinoise
  • Syntagme nominal, quantification, approximation, portée, nominalisation

Activités de recherche

2011-2013(M1-M2)

  • Mémoire de MASTER Recherche, Sciences Du Langage-Linguistique Théorique et descriptive
  • Le syntagme nominal en chinois. Direction Anne Zribi Hertz; UFR Linguistique Vincennes-Saint-Denis Paris 8.
  • On Direction of Dou Quantification. Direction Léa Nash; UFR Linguistique Vincennes-Saint-Denis Paris 8
  • Comparaison phonologique entre deux langues chinoises. Direction Sophie Wauquier; UFR Linguistique Vincennes-Saint-Denis Paris 8

Thèse

Title : Les quantificateurs indéfinis dans les syntagmes nominaux en chinois mandarin

Supervision :
  Marie-Claude Paris

PhD Defense : 2019-09-20

Inscription : à Paris 7

Jury :

  • Redouane DJAMOURI, rapporteur (Directeur de recherche, CNRS)
  • Claude MULLER, rapporteur (Professeur émérite, Université de Bordeaux Montaigne)
  • Claire SAILLARD, présidente (Professeur, Université de Paris)
  • Christine LAMARRE (Professeur, INALCO)
  • Marie-Claude PARIS, directrice (Professeur émérite, Université de Paris)

Abstract :

Cette thèse est consacrée à l’étude des syntagmes nominaux simples en chinois mandarin. Elle porte sur treize quantificateurs indéfinis, et, plus particulièrement, sur un quantificateur indéfini spécial, à savoir yīdiǎnr ‘un peu de’, qui présente la particularité d’être à la fois un quantificateur et un TPN de type minimiseur en chinois.

 

La première partie consiste à examiner les propriétés distributionnelles de treize quantificateurs indéfinis. Nous prenons en considération du point de vue syntagmatique la relation sélectionnelle entre les quantificateurs indéfinis et les noms ainsi que la compatibilité entre les quantificateurs indéfinis et les classificateurs. De plus, selon leur présence en position de sujet, avec ou sans le verbe préverbe yǒu ‘avoir’, nous montrons que certains quantificateurs indéfinis sont ambigus entre une lecture cardinale et une lecture proportionnelle. 

 

La deuxième partie de la thèse se focalise sur un quantificateur indéfini très particulier, à savoir yīdiǎnr ‘un peu de’. Nous montrons que yīdiǎnr se comporte tantôt comme un quantificateur indéfini (‘un peu de’) et tantôt comme un minimiseur (‘le moindre’), en fonction des contextes où il apparaît. En nous fondant sur l’analyse d’Israel (2011) sur les TPN dans une perspective scalaire, nous soutenons que yidianr en tant que minimiseur, est un opérateur scalaire. Il encode dans son entrée lexicale la valeur quantificationnelle basse et la valeur informationnelle élevée. Cette combinaison de valeur donne lieu à un effet emphatique dans le discours. De ce fait, yīdiǎnr doit apparaître dans un contexte approprié pour qu’il puisse s’interpréter correctement comme un minimiseur, sinon il garde son rôle en tant que quantificateur indéfini en dénotant une faible quantité. Nous étudions trois facteurs qui peuvent activer le rôle de minimiseur de yīdiǎnr et bloque son rôle de quantificateur, à savoir la négation, la construction de focus et les conditionnelles.